Point sur le Covid au Vietnam

A ce jour, il n’y a plus de nouveaux cas Covid au vietnam. La 2eme vague observée à Danang l’été dernier n’a duré que quelques jours, le temps pour les autorités de retrouver tous les cas contacts et d’isoler des milliers de personnes à titre préventif. Rappelons que toutes les frontières sont fermées pour les étrangers depuis le mois de mars.

Les seules personnes pouvant légalement arriver au vietnam sont les diplomates, les investisseurs, le personnel hautement qualifié, les dirigeants d’entreprise. Et aussi les vietnamiens, bien sur, mais à la seule condition qu’ils possèdent un passeport en règle.
Même avec ces possibilités, il faut remplir des formalités strictes et seul le responsable de la province de destination peut décider de l’entrée ou non de la personne…

La situation la plus critique est sans doute pour les conjoints de vietnamiens. S’ils sont à l’étranger, ils ne peuvent pas entrer au vietnam.

Le principal souci actuel des autorités est d’empêcher toute contamination de la part des gens qui entrent illégalement. Ces gens sont potentiellement porteurs du covid, comme l’ont montré quelques cas récemment. La presse parle de 31.000 personnes interpellées lors du franchissement illégal de la frontière depuis mars, essentiellement depuis la chine. Parmi elles, de nombreux vietnamiens n’ayant pas de papiers en règle.

L’entrée au vietnam ne signifie pas liberté de mouvement. Il faut se soumettre à une quarantaine stricte en zone fermée (hôtel ou dortoir), plusieurs tests et un confinement à domicile à l’issue. Le vietnam ne prend plus en charge les frais des étrangers pour le covid.

Le Vietnam teste un nouveau vaccin. Des commandes ont été faites auprès de la Russie. Mais à ce jour, aucune vaccination n’est disponible ni à l’ordre du jour.


Arrivée de vietnamiens rapatries de l’etranger a Danang (photo internet)

Le port du masque n’est pas obligatoire sauf dans quelques administrations ou les supermarchés.

D’un point de vue économique, le Vietnam fait parti des 4 pays au monde ayant conservé une croissance positive en 2020, avec une croissance estimée à +2,9% contre +6.8% prévu en début d’année.

Si les activités touristiques sont à l’arrêt, le pays continue de bénéficier d’une forte demande domestique. Les exports se portent bien, la balance commerciale est largement excédentaire. Il n’y a pas de plans de soutien aux entreprises ni aux personnes, comme en France. Mais, en revanche, les dépenses d’investissement de l’Etat ont été fortement augmentées et décaissées rapidement. Les articles de presse sur les conséquences du covid sont peu nombreux, à la différence de la France qui ne parle que de cela. On ne connait pas vraiment les impacts réels, le nombre de faillite ou l’augmentation de la pauvreté dus au covid.

De nombreux hôtels, boutiques souvenirs et restaurants pour touristes sont fermés. Mais l’argent continue de couler à flot dans de nombreux secteurs. Les restaurants locaux sont toujours pleins, signe que les choses ne vont pas si mal. Seul aspect positif, les sites touristiques publics sont gratuits ou moitié prix, comme à hué !

D’un point de vue industriel, le Vietnam sera le grand gagnant de l’épidémie. Le monde entier a compris que de tout faire produire en Chine est risqué et certains groupes délocalisent leurs usines au vietnam.

Reste le point qui nous intéresse tous : quand le vietnam va-t-il rouvrir ses frontières ? On parle de fin 2021 au plus tôt, voire du 2eme trimestre 2022 ! On a compris, à la lecture de la politique du vietnam de la gestion de l’épidémie, que le vietnam ne rouvrira ses frontières extérieures que lorsque tout risque sera écarté pour la population locale. Cela peut durer longtemps…

Ajout du 14 janvier 2021: en raison de la progression des variants anglais et sud africain dans de nombreux pays, les vols internationaux entrants sont suspendus jusqu’à nouvel ordre, au minimum jusqu’à mi février. Seuls les vols de rapatriements de vietnamiens sont maintenus. Il faut donc comprendre qu’aucun étranger, sauf autorisation spécifique accordée en haut lieu, ne peut entrer

Différences culturelles

Il y a quelques temps déjà, j’avais fait un dessin où l’on voit notre célèbre héros bondir d’une des urnes de la citadelle de Hué, tout surpris du spectacle qu’il voit.

Ce qui est de l’humour pour moi, ne l’est pas forcement pour les vietnamiens. L’une de nos amies y voit « un garçon sans doute ébouillanté sortir précipitamment d’une urne ». Elle est choquée par ce dessin, d’autant plus qu’une urne est un objet sacré qu’on se doit de respecter.

Les dessins humoristiques ne sont pas habituels au Viêtnam, comme sans doute dans de nombreux pays. Cela nous renvoie à l’affaire des caricatures diffusées par Charlie Hebdo.

Croire que ces dessins peuvent être acceptés et compris par le monde entier est une grossière erreur. Beaucoup de gens ne voient que le sens primaire de ces dessins et ont le droit d’être légitimement choqués.
Un autre exemple, tout aussi révélateur. Celui de l’apéritif. Personne en France ne peut imaginer que la plupart des peuples ignorent cette pratique repandue chez nous. Et pourtant ! lorsque j’étais dans une école internationale (pour adulte !) aux philippines, j’ai voulu organiser un apéro pour mon départ. Il m’a fallu beaucoup d’énergie pour expliquer aux asiatiques ce qu’était un apéro et les convaincre d’y assister. Au Vietnam, on s’assoie pour boire un café ou alors on prend un repas tous ensemble. Mais papoter autour d’un verre, passant d’une personne à l’autre, debout la plupart du temps, c’est une habitude qui n’existe pas ici.

Tout ca pour dire que les différences culturelles sont légions et que les peuples, quels qu’ils soient, doivent faire preuve d’humilité, de compréhension et de respect mutuel. C’est le charme de la vie en société, version mondiale.

Bonne Année 2021 !

Je ne sais pas si 2021 sera meilleure que 2020, mais l’espoir fait vivre !
A Hue, pas de covid mais de la pluie non stop depuis 3 mois… c’est la pire saison des pluies que j’ai vécue depuis mon arrivée ici, il y a presque 10 ans…

Nous avons eu quand même une belle éclaircie pour célébrer une cérémonie traditionnelle, le 1er janvier, devant la porte principale de la citadelle, Ngo Mon.
Il s’agissait de recréer la cérémonie du calendrier, créé en 1844 par le roi Minh Mang. Depuis cette date, et jusqu’en 1975, avait lieu, le 1er jour du calendrier lunaire, la remise du calendrier officiel au roi et à tous les mandarins en charge des provinces. Les calendriers étaient importants autrefois. Des mandarins dépendants du Ministère des Rites observaient le ciel et définissaient les dates clés. Dans le Vietnam d’autrefois, il s’agissait d’abord de définir à quelles dates les travaux agricoles devaient démarrer. Les dates ne dépendaient pas du hasard et faisaient l’objet d’observations du ciel et de savants calculs. Les dates des fêtes traditionnelles, des célébrations des anniversaires royaux, tout était régi selon la tradition.

C’est la première fois depuis l’abolition de la dynastie que cette cérémonie est remise à l’ordre du jour. C’est l’occasion d’admirer de jolis costumes tout en couleur.
Ce fut aussi l’occasion d’accéder à nouveau à l’étage de la porte Ngo Mon, dont la restauration vient de s’achever après plusieurs années de travaux.


Tout Hué est prêt à accueillir de nouveau les touristes en 2021 !

Hué : splendeurs du passé

Avec une bonne dose de chance et de persévérance, on découvre parfois à hué des vestiges historiques qui témoignent d’un passé prestigieux.


Avez vous repèré le chat ?!

Dans le quartier Vi Da, nous avons découvert il y a quelques jours une maison ancienne digne d’intérêt, située au 197 rue Nguyen Sinh Cung. Comme toujours, le terrain d’autrefois s’est enrichi de plusieurs constructions plus ou moins récentes, cachant l’antique maison. Nous avons eu la chance de rencontrer son propriétaire. La maison a été construite en 1932 par son grand père, mandarin du temps des français et travaillant à la Poste de Hué. Probablement un poste important car la famille était riche. Ils possédaient aussi 5000m2 de rizières autour de la maison.

D’après ses voisins, le propriétaire actuel était très généreux et a enseigné gratuitement l’anglais et le français aux enfants de ses voisins. Hélas, des ennuis de santé l’ont conduit 10 ans à l’hôpital. A sa sortie, sa femme et ses enfants l’avaient quitté et avaient rejoint les USA. Sa maison était aussi dans un piteux état. Il semble que ces histoires l’ont beaucoup perturbé et il vit assez misérablement de nos jours. La maison, en partie écroulée, est un abri remarquable pour de nombreux chats. La propriétaire, âgé de plus de 70 ans, continue de vivre dans un petit coin du bâtiment, bien seul. Une histoire triste mais pas isolée. Beaucoup de gens ont vu leur univers s’écrouler pendant la guerre et vivent à présent dans leurs souvenirs, incapables de surmonter ces changements.


Belle porte traditionnelle avec les doubles motifs de longevité

Festival d’Ao Dai à Hué

C’est une drôle d’idee de lancer un nouveau festival à Hué alors qu’il pleut non stop depuis deux mois et demi et que le temps est à la fraicheur… Mais bon, l’intention était bonne, clôturer cette année mémorable avec un festival de couleurs et de … jolies filles !

Charlie Chaplin à Hué en 1936 !


Photo prise à Hué du couple Chaplin et Paulette Godard (source BAVH)

La mise en ligne d’un quotidien de l’Indochine, l’Avenir du Tonkin, permet de rentrer dans le détail des petits et grands événement locaux. Et parmi ceux-ci, on trouve quelques lignes sur la visite de Charlie Chaplin en Indochine en 1936.

A cette époque, Charlie Chaplin vient de terminer son tournage du film « Les Temps Modernes ». L’actrice principale est Paulette Godard, dont il tombe vite amoureux. Chaplin a déjà été marié 2 fois et la rencontre avec paulette lui permet de sortir d’une longue période dépressive. Tous les deux sont éreintés par le tournage, et décident de partir plusieurs mois « en vacances ». Même s’ils ne sont pas mariés et qu’ils maintiendront le secret sur leur relation pendant tout le voyage, la presse parle d’une « lune de miel » pour le jeune couple.


Aupres des minorités ethniques à Dalat (source photo Charlie Chaplin)

Lorsqu’ils arrivent à Saigon en ce début avril 1936, ils ont déjà parcouru un long chemin. Ils ont quitté San Francisco en février. Ils ont arrivés par le Japon, ont visité java, sont restés 3 semaines à Bali puis ont rejoint Singapour. La, ils ont fini par embarquer sur le paquebot des Messagerie Maritimes, l’Aramis, pour rejoindre Saigon. Ils ne voyagent pas seuls : la mère de Paulette les accompagne, ainsi qu’un valet de chambre japonais qui sert aussi de secrétaire.


En Annam

A Saigon, c’est l’effervescence à leur arrivée car Chaplin est très connu, même ici. On vient de projeter le film « Les lumières de la ville », avec quand même 5 années de retard fera-t-il remarqué…
Quand un journaliste lui demande ses 1eres impressions, il déclare sans se démonter, en français, : « Ce qui m’a frappé ? C’est le calme absolu durant une manifestation communiste ». Les interlocuteurs sont surpris et ne comprennent pas. Il ajoute : « Oui, ce matin, en venant du bateau, nous avons rencontré, en pleine rue Catinat, ici même sur la place du théâtre, un individu qui agitait un drapeau rouge. J’ai cru que j’allais tombé en plein dans un défilé communiste, mais je m’étais trompé, c’était un garde barrière qui annonçait la venue du tramway.. »
Chaplin se demande aussi si son film muet aura du succès, alors que le cinéma parlant s’est imposé partout. Mais, il précise « si mes films étaient parlants, ils perdraient tout leur comique »

Apres une nuit à l’hôtel Continental, ils partent vers les ruines d’Angkor. Puis ils iront à Dalat, Tourane en bateau et enfin Hué !


Incroyable photo de Chaplin auprès d’une bannière de la manufacture d’Opium à Saigon

Ils arrivent donc le 25 avril 1936 à Hué ou ils resteront au moins 2 nuits à l’hôtel Morin.

Le premier jour. Ils visitent le « quartier commerçant annamite » puis vont à la mer par la route pittoresque de Thuan An. L’après midi, ils font une excursion vers les tombeaux et montent notamment au belvédère, le plus beau point de vue sur la rivière des parfums…


Vue de la rivière au belvédere de nos jours

Le lendemain, ils visitent le musée Khai Dinh (musée des antiquités actuel) : « Il a admiré le cadre magnifique qu’offre le palais qui abrite les collections. Il s’est intéressé tout spécialement au mobilier annamite, aux céramiques, aux bronzes des époques Han et Song provenant du nord Annam, ainsi qu’aux souvenirs des premiers européens venus en Annam. »


A Tourane (Danang actuel)

A l’issue des ces quelques jours en Annam, le couple est reparti vers Hanoi. Ils rejoindront ensuite Hong Kong, la Chine et le japon.. Ils resteront ensemble pendant quelques années en suivant leurs propres carrières.

Je ne monterai plus jamais sur la colline du belvedere sans penser à eux !

Sources:
– article relatif a l’arrivee a Saigon 1936_04_20_L_Avenir_du_Tonkin_chaplin.pdf
– article sur la visite de Hue :
1936_04_27_L_Avenir_du_Tonkin_chaplinhue.pdf
– autre article / interview:
1936_04_22_L_Avenir_du_Tonkin_chaplininterview.pdf