Catégorie «Vivre au Vietnam»

Point sur le Covid au Vietnam

A ce jour, il n’y a plus de nouveaux cas Covid au vietnam. La 2eme vague observée à Danang l’été dernier n’a duré que quelques jours, le temps pour les autorités de retrouver tous les cas contacts et d’isoler des milliers de personnes à titre préventif. Rappelons que toutes les frontières sont fermées pour les étrangers depuis le mois de mars.

Les seules personnes pouvant légalement arriver au vietnam sont les diplomates, les investisseurs, le personnel hautement qualifié, les dirigeants d’entreprise. Et aussi les vietnamiens, bien sur, mais à la seule condition qu’ils possèdent un passeport en règle.
Même avec ces possibilités, il faut remplir des formalités strictes et seul le responsable de la province de destination peut décider de l’entrée ou non de la personne…

La situation la plus critique est sans doute pour les conjoints de vietnamiens. S’ils sont à l’étranger, ils ne peuvent pas entrer au vietnam.

Le principal souci actuel des autorités est d’empêcher toute contamination de la part des gens qui entrent illégalement. Ces gens sont potentiellement porteurs du covid, comme l’ont montré quelques cas récemment. La presse parle de 31.000 personnes interpellées lors du franchissement illégal de la frontière depuis mars, essentiellement depuis la chine. Parmi elles, de nombreux vietnamiens n’ayant pas de papiers en règle.

L’entrée au vietnam ne signifie pas liberté de mouvement. Il faut se soumettre à une quarantaine stricte en zone fermée (hôtel ou dortoir), plusieurs tests et un confinement à domicile à l’issue. Le vietnam ne prend plus en charge les frais des étrangers pour le covid.

Le Vietnam teste un nouveau vaccin. Des commandes ont été faites auprès de la Russie. Mais à ce jour, aucune vaccination n’est disponible ni à l’ordre du jour.


Arrivée de vietnamiens rapatries de l’etranger a Danang (photo internet)

Le port du masque n’est pas obligatoire sauf dans quelques administrations ou les supermarchés.

D’un point de vue économique, le Vietnam fait parti des 4 pays au monde ayant conservé une croissance positive en 2020, avec une croissance estimée à +2,9% contre +6.8% prévu en début d’année.

Si les activités touristiques sont à l’arrêt, le pays continue de bénéficier d’une forte demande domestique. Les exports se portent bien, la balance commerciale est largement excédentaire. Il n’y a pas de plans de soutien aux entreprises ni aux personnes, comme en France. Mais, en revanche, les dépenses d’investissement de l’Etat ont été fortement augmentées et décaissées rapidement. Les articles de presse sur les conséquences du covid sont peu nombreux, à la différence de la France qui ne parle que de cela. On ne connait pas vraiment les impacts réels, le nombre de faillite ou l’augmentation de la pauvreté dus au covid.

De nombreux hôtels, boutiques souvenirs et restaurants pour touristes sont fermés. Mais l’argent continue de couler à flot dans de nombreux secteurs. Les restaurants locaux sont toujours pleins, signe que les choses ne vont pas si mal. Seul aspect positif, les sites touristiques publics sont gratuits ou moitié prix, comme à hué !

D’un point de vue industriel, le Vietnam sera le grand gagnant de l’épidémie. Le monde entier a compris que de tout faire produire en Chine est risqué et certains groupes délocalisent leurs usines au vietnam.

Reste le point qui nous intéresse tous : quand le vietnam va-t-il rouvrir ses frontières ? On parle de fin 2021 au plus tôt, voire du 2eme trimestre 2022 ! On a compris, à la lecture de la politique du vietnam de la gestion de l’épidémie, que le vietnam ne rouvrira ses frontières extérieures que lorsque tout risque sera écarté pour la population locale. Cela peut durer longtemps…

Ajout du 14 janvier 2021: en raison de la progression des variants anglais et sud africain dans de nombreux pays, les vols internationaux entrants sont suspendus jusqu’à nouvel ordre, au minimum jusqu’à mi février. Seuls les vols de rapatriements de vietnamiens sont maintenus. Il faut donc comprendre qu’aucun étranger, sauf autorisation spécifique accordée en haut lieu, ne peut entrer

Différences culturelles

Il y a quelques temps déjà, j’avais fait un dessin où l’on voit notre célèbre héros bondir d’une des urnes de la citadelle de Hué, tout surpris du spectacle qu’il voit.

Ce qui est de l’humour pour moi, ne l’est pas forcement pour les vietnamiens. L’une de nos amies y voit « un garçon sans doute ébouillanté sortir précipitamment d’une urne ». Elle est choquée par ce dessin, d’autant plus qu’une urne est un objet sacré qu’on se doit de respecter.

Les dessins humoristiques ne sont pas habituels au Viêtnam, comme sans doute dans de nombreux pays. Cela nous renvoie à l’affaire des caricatures diffusées par Charlie Hebdo.

Croire que ces dessins peuvent être acceptés et compris par le monde entier est une grossière erreur. Beaucoup de gens ne voient que le sens primaire de ces dessins et ont le droit d’être légitimement choqués.
Un autre exemple, tout aussi révélateur. Celui de l’apéritif. Personne en France ne peut imaginer que la plupart des peuples ignorent cette pratique repandue chez nous. Et pourtant ! lorsque j’étais dans une école internationale (pour adulte !) aux philippines, j’ai voulu organiser un apéro pour mon départ. Il m’a fallu beaucoup d’énergie pour expliquer aux asiatiques ce qu’était un apéro et les convaincre d’y assister. Au Vietnam, on s’assoie pour boire un café ou alors on prend un repas tous ensemble. Mais papoter autour d’un verre, passant d’une personne à l’autre, debout la plupart du temps, c’est une habitude qui n’existe pas ici.

Tout ca pour dire que les différences culturelles sont légions et que les peuples, quels qu’ils soient, doivent faire preuve d’humilité, de compréhension et de respect mutuel. C’est le charme de la vie en société, version mondiale.

Bonne Année 2021 !

Je ne sais pas si 2021 sera meilleure que 2020, mais l’espoir fait vivre !
A Hue, pas de covid mais de la pluie non stop depuis 3 mois… c’est la pire saison des pluies que j’ai vécue depuis mon arrivée ici, il y a presque 10 ans…

Nous avons eu quand même une belle éclaircie pour célébrer une cérémonie traditionnelle, le 1er janvier, devant la porte principale de la citadelle, Ngo Mon.
Il s’agissait de recréer la cérémonie du calendrier, créé en 1844 par le roi Minh Mang. Depuis cette date, et jusqu’en 1975, avait lieu, le 1er jour du calendrier lunaire, la remise du calendrier officiel au roi et à tous les mandarins en charge des provinces. Les calendriers étaient importants autrefois. Des mandarins dépendants du Ministère des Rites observaient le ciel et définissaient les dates clés. Dans le Vietnam d’autrefois, il s’agissait d’abord de définir à quelles dates les travaux agricoles devaient démarrer. Les dates ne dépendaient pas du hasard et faisaient l’objet d’observations du ciel et de savants calculs. Les dates des fêtes traditionnelles, des célébrations des anniversaires royaux, tout était régi selon la tradition.

C’est la première fois depuis l’abolition de la dynastie que cette cérémonie est remise à l’ordre du jour. C’est l’occasion d’admirer de jolis costumes tout en couleur.
Ce fut aussi l’occasion d’accéder à nouveau à l’étage de la porte Ngo Mon, dont la restauration vient de s’achever après plusieurs années de travaux.


Tout Hué est prêt à accueillir de nouveau les touristes en 2021 !

Inondations au centre Vietnam

Les mois d’octobre et de novembre sont le signe de la saison des pluies au centre Vietnam et annoncent généralement l’arrivée d’inondations.


La rivière des parfums, à Hué

Cette année, les inondations furent au rendez vous ! Une inondation comme on en voit tous les 4 ou 5 ans.


Autre vue de la rivière, au niveau de l’ancien cercle nautique. La nouvelle promenade est sous les flots

Pour les étrangers qui vivent ici, c’est l’occasion de pester contre les maisons locales, très mal isolées. Des toits qui fuient, des murs qui suintent, une humidité très élevée, des fenêtres qui ferment mal… alors il faut s’armer de patience et sortir les seaux et les serpillières.
Mais cela n’est rien à coté des campagnes aux alentours, qui restent sur les eaux pendant plusieurs jours, sans électricité.


Le long du canal Dong Ba


Durex vous protege en toutes circonstances…

Le bilan est particulièrement lourd cette année. 17 ouvriers travaillant à la construction d’un barrage au nord de Hué ont été ensevelis par un glissement de terrain. Des militaires sont partis à leur recherche mais 13 d’entre eux, dont un colonel de Hanoi, sont également morts lors d’un nouveau glissement de terrain. Dans la province d’au dessus, au Quang Tri, 22 militaires sont morts dans leur caserne, toujours en raison de glissements de terrains.
En tout, 102 personnes sont décédées à ce jour du fait de la pluie. Suite à ces événements dramatiques, le Vietnam commence à prendre conscience des dangers de la déforestation.


Sous le pont de chemin de fer…

A Hué, en ville, l’ambiance n’est pas aussi triste. Les riverains sont habitués aux inondations et la vie continue. Le transport en barque est bien organisé. Ce n’est pas de la charité, c’est du business…


Dans la rue Chi Lang


Rue Chi Lang, devant l’ancien cinema

Comment bloquer un pays? une inondation sur un lieu stratégique, comme ici sur la nationale 1 à la sortie de la ville.. aucun véhicule n’a pu passer pendant plusieurs jours..

Violente tempête à Hué

Le 18 septembre 2020 restera une journée noire dans les annales de la ville ! Le typhon Noul a parcouru la ville en occasionnant de nombreux dégâts.


Devant la sortie de la citadelle intérieure…

Les jours précédents, on a vu les gens de Hué grimper sur leur toit et effectuer des consolidations de fortune.. Les toits en tôle sont encore légions et seuls de gros parpaings peuvent les maintenir en place. Ce n’est pas très esthétique, mais c’est efficace.

Le matin du 18 septembre, la journée a presque démarré normalement. Aucune pluie, aucun vent, seul le ciel gris annonçait une journée morne. Et puis d’un seul coup la pluie s’est mise à tomber, de plus en plus fort, accompagnée d’orages et d’éclairs. Le vent s’est mis à souffler. On parle de 100km/h. Et puis ce fut de plus en plus violent, avec des rafales dévastatrices. 90 minutes plus tard, tout était fini. Le temps s’est dégagé avec une rapidité déconcertante, la pluie a cessé, le vent a disparu. C’en était fini de la tempête !
Seule l’électricité manquait au programme. Elle sera coupée pour nous toute la journée, bien plus longtemps pour d’autres quartiers. Des pylônes ont été tordus en deux.


Autour de la citadelle…

Mais c’est en sortant qu’on a constaté les dégâts. On pouvait s’attendre à quelques toits envolés et de la tôle un peu partout. Ce fut au rendez vous. Mais la plus grande surprise fut le nombre incroyable d’arbres à terre. On en dénombre partout, des centaines, dans toute la ville, et notamment le long de la rivière des parfums et dans la citadelle. Des milliers de branches cassées.

Je fus surpris de voir que les arbres tropicaux, notamment les flamboyants, ont si peu de racines. Ces arbres poussent à une vitesse incroyable, mais tombent à la moindre tempête.
Mais ce fut le cas aussi de quelques banians séculaires.

Le nouvel hôtel Silk Path avait mis des « béquilles » à tous ses arbres, certains d’entre eux ayant été achetés à vil prix. Aucun n’est tombé. Pourtant le manager est un étranger. On peut se demander pourquoi les gens de Hué ne font pas pareil avec leurs arbres. Quelle tristesse !

Car les typhons ou tempêtes tropicales ne sont pas si rares dans le centre Vietnam. L’histoire est ponctuée de ces cataclysmes. Le plus célèbre d’entre eux a eu lieu en Septembre 1904. Tous les bâtiments de Hué ont été détruits, à l’exception de 3 maisons à terrasse. Cette année la, le pont Truong Tien (Thanh Thai à cette époque), construit 4 ans auparavant, a été retourné comme une crêpe. Seules les maisons traditionnelles annamites, basses et au toit de tuiles très lourdes, ont résisté.


Dans la rue Ngo Quyen

C’est aussi pour cette raison que les vietnamiens détestent s’installer en bord de mer. La cote annamite, qu’on appelait « la cote de fer », porte bien son nom. Elle subissait, et subit toujours, des tempêtes et des typhons dévastateurs venus des Philippines.


Le panneau renversé, le long du canal Phu Cam, témoigne de la force du vent..

Heureusement, on n’a constaté qu’un seul décès dans la province et les dégâts matériels ont été limités. Les pots de fleurs et les cages d’oiseaux sont revenus sur les balcons.


Pauvre ville de Hué !

Le succès des yaourts glacés

On connaissait les yaourts glacés vendus dans de petits sachets en plastique le long des rues au Vietnam. C’est délicieux !.

Un investisseur vietnamien s’est accaparé l’idée et a lancé un concept qui fait fureur aux 4 coins du pays. Du yaourt glacé servi avec un coulis et des fruits. Le tout présenté dans un verre. La recette du yaourt est le secret de l’affaire. Déjà plus d’une centaine de boutiques se sont ouvertes en franchise au vietnam. Et la dernière en date vient d’ouvrir à Hué. Nous y sommes allés tous les jours pendant les 4 jours d’ouvertures et de promotion ! C’est vraiment excellent et bien adapté au pays et à son climat chaud.

Les prix sont quand même un peu élevés pour les locaux : entre 15 et 35 kvnd le verre, suivant la garniture choisie, soit de 0.50 euros à 1.30 euros. Les parfums sont variés : pèches (le meilleur !), fraises, alovera, mangue, durian, jacquier, jeune riz, etc..


La nouvelle boutique de Hué

La marque Thiriet vient de lancer en France le yaourt glacé avec coulis en boite de 500ml. Preuve qu’un nouveau dessert est peut être en train de naitre..