Hoi An, c’est comment sans touriste ?

Nous avons profité de l’ambiance du Têt pour aller faire un tour à Hoi An et découvrir ce qu’était devenue la ville en l’absence de touristes étrangers.

Sans surprise, 90% des boutiques et des hôtels sont fermés. La majeure partie de ces boutiques sont à louer et, plus étonnant, aussi à vendre, signe d’une profonde tragédie. Il faut dire que dans le centre historique, les loyers sont facilement de 5 à 6000 usd pour une boutique, ce qui est considérable pour le vietnam.. Aucun commerçant ne peut supporter ca plus de quelques semaines, aucun propriétaire ne peut s’en passer, sans doute fortement endetté.. A noter quand meme que le célèbre photographe Français Réhahn a conservé sa boutique ouverte, chapeau !

Si il y a bien quelques touristes locaux en cette période de Têt, la vieille ville a été rendue aux locaux. Les motos y circulent librement (avec les klaxons..), les quelques cafés ouverts offrent des prix tres accessibles. Il n’y a plus que de rares restaurants ouverts.

Le plus extraordinaire reste de découvrir la ville libérée de tous ses artifices modernes. Les façades des bâtiments anciens se présentent à nous comme ils étaient autrefois. En poussant quelques portes, on y découvre des vestiges anciens, des décorations murales faites de céramiques ou de panneaux en bois, des puits de lumières habituellement masqués. Nous avons passé des heures à « redécouvrir » la ville. C’est l’occasion de parler aussi à ceux qui vivent la depuis plusieurs générations.

Les temples ou maisons de congrégations chinoises sont en accès libre. Un vieux gardien fut surpris de me voir et m’a demandé mon ticket, faute de réaliser que les tickets ne sont plus en vente depuis des mois.

Mais Hoi An avant le Têt, ce sont les formidables marchés aux fleurs, une tradition éblouissante de couleurs et de variétés.

Nous sommes aussi allés faire un tour vers les plages. Celles qui sont les plus proches de la ville ont disparues lors des derniers typhons. L’érosion maritime est terrible et l’hôtel Victoria a encore dépensé des millions pour sauver ce qui pouvait l’être.

En longeant la cote vers l‘estuaire, on croise aussi des immenses hôtels dont les travaux ont été stoppés. Ce ne sont plus que ruines et désolation.


La magnifique piscine du Victoria Hotel

Vivement que les touristes reviennent !

L’hôpital International de Hué

J’aurais pu intituler cet article « j’ai testé pour vous… » car j’y suis resté 21 jours ! Je parle de l’hôpital situé au 3 de la rue Ngo Quyen et qui fait parti de l’hôpital central de Hué. Car d’ici peu s’ouvrira un autre hôpital international totalement privé situé non loin dans une tour.

21 jours pour une jambe cassée lors d’une prise de photo.. un accident bête et qui vous handicape pendant 4 mois…

Cet hôpital a été ouvert en 2014 et bénéficie des derniers équipements. Par exemple, on m’a posé une plaque en titane de dernière technologie, une plaque qu’on peut garder à vie. Tout l’equipement (scanner, radio etc..) est de technologie occidentale.

Si vous êtes étranger et que vous êtes victime d’un accident dans la région de Hué, vous serez systématiquement conduit dans cet hôpital.

Les services sont équivalents à ceux qu’on connait en Europe mais pas au Vietnam dans les hôpitaux publics : possibilité d’avoir une chambre individuelle avec un lit pour un proche, repas en chambre, médecins attitrés, linge et draps fournis, savoir vivre occidental (fermeture des portes de la chambre par exemple..), paiement réguliers et non à chaque acte, et, cerise sur le gâteau, un personnel médical qui parle souvent français, au minimum l’anglais. Autant de petits détails qui comptent surtout quand on est loin de sa patrie.

Dans mon cas, le chirurgien et l’anesthésiste ont été formés en France et parlent un très bon français.

La qualité des soins est excellente et j’ai été constamment en confiance.

Bien sur, la contrepartie, c’est une facture très élevée. Plus de 9.000 euros pour les 21 jours, dont 5000 pour l’opération. Les pauvres infirmières, elles, ne gagnent qu’entre 150 et 250 euros par mois… N’oubliez donc jamais de toujours voyager à l’étranger avec une assurance médicale qui couvrira vos frais et qui effectuera les règlements à votre place.

Si vous êtes dans cet hôpital et que vous souhaitez de la visite de compatriotes vivants à Hué, n’hésitez pas à m’envoyer un message. Pour des besoins plus spécifiques multi langues, vous pouvez aussi requérir les services de « Hue Local Services for Foreigners ».

Cérémonie de la plantation d’un bambou..

Cela se passe dans la citadelle de Hué et c’est un rituel qui prend une importance toute particulière en cette période de Covid. Il s’agit de planter un joli bambou pour annoncer la nouvelle année et faire en sorte que l’année qui vient soit belle et paisible.

On attache un sceau en haut de l’arbre pour signifier que la cour est en congé pendant cette période de célébration de la nouvelle année.


L’arbre fait 15 mètres de longueur

Apres une séance de culte ou on associe les ancêtres à cette cérémonie, on procède à la mise en terre du bambou

Cérémonie des vœux pour la nouvelle année

Cérémonie toute en couleur dans la citadelle ce 2 février 2021 ! Il s’agit de la reconstitution des vœux de la cour et des mandarins de toutes les provinces du royaume à l’empereur. Cette cérémonie se déroulait historiquement devant la palais Thai Hoa puis au palais Can Chanh. Ce dernier ayant été détruit pendant la guerre, les deux cérémonies ont été reconstituées devant le palais Thai Hoa.

Du temps du premier empereur Gia Long, les mandarins militaires étaient à droite et les mandarins civils à gauche. A cette époque de reconquête du pouvoir, on peut facilement comprendre que les mandarins militaires avaient davantage de valeur. L’empereur Minh Mang rétablit l’ordre normal des choses, en remplaçant les mandarins civils a droite. Ces mandarins formaient l’élite du pays, ayant réussi les très difficiles concours triennaux. Les mandarins militaires n’avaient pas les meme qualités.

Point sur le Covid au Vietnam

A ce jour, il n’y a plus de nouveaux cas Covid au vietnam. La 2eme vague observée à Danang l’été dernier n’a duré que quelques jours, le temps pour les autorités de retrouver tous les cas contacts et d’isoler des milliers de personnes à titre préventif. Rappelons que toutes les frontières sont fermées pour les étrangers depuis le mois de mars.

Les seules personnes pouvant légalement arriver au vietnam sont les diplomates, les investisseurs, le personnel hautement qualifié, les dirigeants d’entreprise. Et aussi les vietnamiens, bien sur, mais à la seule condition qu’ils possèdent un passeport en règle.
Même avec ces possibilités, il faut remplir des formalités strictes et seul le responsable de la province de destination peut décider de l’entrée ou non de la personne…

La situation la plus critique est sans doute pour les conjoints de vietnamiens. S’ils sont à l’étranger, ils ne peuvent pas entrer au vietnam.

Le principal souci actuel des autorités est d’empêcher toute contamination de la part des gens qui entrent illégalement. Ces gens sont potentiellement porteurs du covid, comme l’ont montré quelques cas récemment. La presse parle de 31.000 personnes interpellées lors du franchissement illégal de la frontière depuis mars, essentiellement depuis la chine. Parmi elles, de nombreux vietnamiens n’ayant pas de papiers en règle.

L’entrée au vietnam ne signifie pas liberté de mouvement. Il faut se soumettre à une quarantaine stricte en zone fermée (hôtel ou dortoir), plusieurs tests et un confinement à domicile à l’issue. Le vietnam ne prend plus en charge les frais des étrangers pour le covid.

Le Vietnam teste un nouveau vaccin. Des commandes ont été faites auprès de la Russie. Mais à ce jour, aucune vaccination n’est disponible ni à l’ordre du jour.


Arrivée de vietnamiens rapatries de l’etranger a Danang (photo internet)

Le port du masque n’est pas obligatoire sauf dans quelques administrations ou les supermarchés.

D’un point de vue économique, le Vietnam fait parti des 4 pays au monde ayant conservé une croissance positive en 2020, avec une croissance estimée à +2,9% contre +6.8% prévu en début d’année.

Si les activités touristiques sont à l’arrêt, le pays continue de bénéficier d’une forte demande domestique. Les exports se portent bien, la balance commerciale est largement excédentaire. Il n’y a pas de plans de soutien aux entreprises ni aux personnes, comme en France. Mais, en revanche, les dépenses d’investissement de l’Etat ont été fortement augmentées et décaissées rapidement. Les articles de presse sur les conséquences du covid sont peu nombreux, à la différence de la France qui ne parle que de cela. On ne connait pas vraiment les impacts réels, le nombre de faillite ou l’augmentation de la pauvreté dus au covid.

De nombreux hôtels, boutiques souvenirs et restaurants pour touristes sont fermés. Mais l’argent continue de couler à flot dans de nombreux secteurs. Les restaurants locaux sont toujours pleins, signe que les choses ne vont pas si mal. Seul aspect positif, les sites touristiques publics sont gratuits ou moitié prix, comme à hué !

D’un point de vue industriel, le Vietnam sera le grand gagnant de l’épidémie. Le monde entier a compris que de tout faire produire en Chine est risqué et certains groupes délocalisent leurs usines au vietnam.

Reste le point qui nous intéresse tous : quand le vietnam va-t-il rouvrir ses frontières ? On parle de fin 2021 au plus tôt, voire du 2eme trimestre 2022 ! On a compris, à la lecture de la politique du vietnam de la gestion de l’épidémie, que le vietnam ne rouvrira ses frontières extérieures que lorsque tout risque sera écarté pour la population locale. Cela peut durer longtemps…

Ajout du 14 janvier 2021: en raison de la progression des variants anglais et sud africain dans de nombreux pays, les vols internationaux entrants sont suspendus jusqu’à nouvel ordre, au minimum jusqu’à mi février. Seuls les vols de rapatriements de vietnamiens sont maintenus. Il faut donc comprendre qu’aucun étranger, sauf autorisation spécifique accordée en haut lieu, ne peut entrer

Différences culturelles

Il y a quelques temps déjà, j’avais fait un dessin où l’on voit notre célèbre héros bondir d’une des urnes de la citadelle de Hué, tout surpris du spectacle qu’il voit.

Ce qui est de l’humour pour moi, ne l’est pas forcement pour les vietnamiens. L’une de nos amies y voit « un garçon sans doute ébouillanté sortir précipitamment d’une urne ». Elle est choquée par ce dessin, d’autant plus qu’une urne est un objet sacré qu’on se doit de respecter.

Les dessins humoristiques ne sont pas habituels au Viêtnam, comme sans doute dans de nombreux pays. Cela nous renvoie à l’affaire des caricatures diffusées par Charlie Hebdo.

Croire que ces dessins peuvent être acceptés et compris par le monde entier est une grossière erreur. Beaucoup de gens ne voient que le sens primaire de ces dessins et ont le droit d’être légitimement choqués.
Un autre exemple, tout aussi révélateur. Celui de l’apéritif. Personne en France ne peut imaginer que la plupart des peuples ignorent cette pratique repandue chez nous. Et pourtant ! lorsque j’étais dans une école internationale (pour adulte !) aux philippines, j’ai voulu organiser un apéro pour mon départ. Il m’a fallu beaucoup d’énergie pour expliquer aux asiatiques ce qu’était un apéro et les convaincre d’y assister. Au Vietnam, on s’assoie pour boire un café ou alors on prend un repas tous ensemble. Mais papoter autour d’un verre, passant d’une personne à l’autre, debout la plupart du temps, c’est une habitude qui n’existe pas ici.

Tout ca pour dire que les différences culturelles sont légions et que les peuples, quels qu’ils soient, doivent faire preuve d’humilité, de compréhension et de respect mutuel. C’est le charme de la vie en société, version mondiale.