Chi Lang, une rue fascinante

La rue Chi lang de Hué est longue d’environ 2,5 km. Elle démarre du pont à proximité du marché Dong Ba et se termine dans le quartier Phu Hau après le pont Cho Dinh (« marché du palais »). Depuis plus de 130 ans, cette rue est l’artère commerçante de la ville, du fait de la présence de la rivière (transport des marchandises) et de la citadelle non loin. Une rue essentiellement chinoise à l’origine. Mais pas seulement. Car des membres de la famille royale s’y sont aussi installés ainsi que quelques riches familles vietnamiennes.


Transport de glace en cyclo devant le temple du souvenir chinois Chieu Ung

C’est rue est donc un concentré de vestiges d’autrefois. On y trouve des congrégations chinoises (« assembly hall”), une congrégation catholique, des pagodes bouddhistes, des « shops houses », des édifices coloniaux, des maisons traditionnelles en bois, une mosquée indienne, un cinéma… Les chinois, les indiens et les français sont partis, mais de nombreux bâtiments sont restés. C’est donc un décor magnifique qui vibre encore au quotidien grâce à l’existence de nombreux vendeurs de rues, d’écoles, de marchés pittoresques et d’une kyrielle d’artisans qui officient là au quotidien. La rue ne s’est pas trop modernisée par rapport à d’autres quartiers. Bref, un vrai musée vivant !

Cette rue s’appelait autrefois la rue Gia Hoi. Apres 1975, la rue a été renommée Chi Lang. Humour destiné aux chinois qui habitaient là autrefois ? Chi Lang est en effet le nom d’une province du nord Vietnam par laquelle ont été refoulés les chinois à nombreuses reprises. Et notamment lors de la célèbre bataille menée par Le Loi en 1427.

Il faut arpenter cette rue de long en large à pied pour en apprécier toute la diversité. Les nombreux cafés permettent de se reposer et d’apprécier l’ambiance « familiale ».

Vous trouverez quelques photos prises en Septembre 2019 lors de mes pérégrinations. Des instantanés qui sont révélateurs, je l’espère, de cette rue si particulière. Sans hésiter, c’est ma rue préférée à Hué.


Maison ancienne devant laquelle on prépare de bonnes soupes locales..


Enseigne d’autrefois qui rappelle le succès de la Honda Super Cub..


Les vendeurs ambulants sont nombreux dont cette vendeuse de « dau hu », dessert de tofu et gingembre


Écoliers passant devant une maison traditionnelle


Maternelle installée dans un ancien bâtiment datant de l’époque coloniale


L’une des boutiques d’objets votifs. Il s’agit ici de chapeaux « tonkinois » en papier


Une couturière et sa vieille machine à coudre…


Une boutique ou l’on vend du Cha, galettes de poissons réduits en purée et teintée avec de la crevette


Vendeuse de rue vendant du porc cuit à la broche. Délicieux!


Marchande de soupe qui fait le bonheur de ses clients!


Vendeuses de rue à proximité du marche Dinh. Sur le panneau, il est indiqué qu’il est interdit de vendre quoique ce soit là, suite à la volonté des officiels d’assainir les trottoirs… un combat que ne fait que commencer, les vendeurs n’ayant pas d’autres endroits pour aller..


Travail du bambou sous le pont Cho Dinh. Dans la rue Chi Lang, des artisans font du mobilier en bambou avec un remarquable savoir-faire. Le bambou se plie ou se redresse à la chaleur.


Vendeuse au marché Cho Dinh, presque au bout de la rue. Ce marché « du palais », très ancien, a changé de place plusieurs fois mais a gardé le même nom.


Marché Dinh


Gros plan sur un porche des années 70-80


Porche traditionnel qui vient d’être restauré dans le style local. Il accède a un temple ou l’on rend le culte au 37eme fils du roi Ming Manh


Tous les matins, des cyclos arpentent la rue pour conduire des vendeuses de rues sur leurs lieux de prédilections. Derrière, on distingue l’une des portes d’accès à la congrégation chinoise Fujian

Après le pont Cho Dinh, la rue Chi Lang arrive au quartier Phu Hau et on retrouve l’esprit village. Peu de circulation, une population pas toujours riche, mais une ambiance très sympathique. Tous les habitants se connaissent.


La maison communale (dinh) du quartier Phu Hau


Maison traditionnelle avec jardin


Menuisier fier de ses dernières productions. Les fenêtres, pièces de rambarde, meubles sont encore fabriqués traditionnellement


Un cirque s’est installé en ville et tous les matins, durant une semaine, un clown vient en faire la promotion auprès des enfants … et de leurs parents


Messe du matin (5h30) à la congrégation des Sœurs de la Visitation. Cette congrégation, d’origine française, accueille ici plus de 200 religieuses et postulantes. Certaines religieuses parlent un très bon français…

Bonne visite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *