Hué: une ville en mouvement…

Ceux qui se passionnent pour l’histoire du Vietnam passent leur temps à regarder les photos et autres cartes postales d’il y a un siècle. Mais c’est sans se rendre compte que les photos prises il y a quelques années seulement font déjà partie de « l’histoire ».

En regardant par hasard mes photos prises à Hué en 2007, soit 12 ans en arrière, je suis resté ébahi par les changements réalisés en si peu de temps.

C’est le cas pour ces photos prises le long du canal Dong Ba. A l’époque, il reste encore des « boat people », ces gens qui vivent dans leur bateau amarré le long du canal. Ils collectent le sable ou sont cyclos, sont peu instruits et vivent dans la promiscuité. Depuis, grâce à l’action de la ville et de pays étrangers comme la France, ils ont été sédentarisés. On leur a offert des terrains aux limites de la ville, qui valent aujourd’hui pas mal d’argent car situés à présent dans la ville.

La maison de l’angle, elle, est restée en l’état. Il s’agit en fait d’un temple construit vers 1896 par la communauté chinoise du quartier commerçant de Gia Hoi (rue Chi Lang). C’était le lieu de culte du très connu General Quan Vũ Vân Trường, modèle de loyauté, de persévérance et de réussite pour la population chinoise. Les chinois ayant quitté le Vietnam, plus personne ne s’occupe de ce temple. Il est à présent interdit d’accès, menaçant de s’écrouler.

La maison d’à coté a été, quand à elle, reconstruite.

La passerelle a été démontée il y a 3 ans et remplacée par un beau pont.
Les berges du canal Dong Ba ont été désensablées et rénovées. Le trafic commercial sur le canal est presque inexistant à ce jour, seuls quelques bateaux dragons stationnent là dans l’attente d’une activité touristique.

Ces photos sont représentatives d’une ville qui se transforme vite, à l’image du Vietnam. Le patrimoine historique secondaire souffre d’un manque de moyens financiers mais aussi d’un manque d’intérêts de la part de la population.
Pour les mentalités, là, les changements sont plus lents…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *