La beauté des enseignes peintes du Vietnam

Elles font tellement parties du paysage qu’on ne les voie même plus… et pourtant, les enseignes commerciales sont une marque indissociable du Vietnam. Aujourd’hui, ces enseignes peuvent être réalisées par ordinateur et imprimées en quelques minutes. Mais autrefois, elles étaient peintes et c’était vraiment un travail d’artiste.


Source internet https://www.tegriggs.com, photo de T.E. Griggs

La tradition du panneau peint vient très probablement de la Chine. Les caractères chinois dorés gravés sur un épais panneau de bois sont depuis toujours le symbole des fils du ciel.
On peut d’ailleurs penser que les vietnamiens se sont inspirés de celles de Cholon, le quartier chinois de Saigon, pour développer leur propre style.


Saigon en 1962, Source flick


Saigon autrefois, photo source internet


Belle enseigne d’un coiffeur, autrefois, source Saigon Vi Vu

Apres le bois, ce fut la tôle peinte quand les peintures sur métal sont arrivées. Ces enseignes ont envahi les quartiers commerçants pendant des décennies. Toutes différentes, elles étaient l’expression à la fois de la personnalité du commerçant et de l’artiste qui l’avait réalisée. Inconsciemment, ces enseignes apportaient couleurs et beauté aux quartiers commerçants. Le Vietnam se prête bien à ces enseignes, car c’est le royaume du petit commerce. L’enseigne fait la largeur de la boutique, 3 à 5 mètres tout au plus.


Boutique d’un portraitiste à Hué il y a une dizaine d’année. Depuis, il est parti en retraite


Une enseigne peinte directement sur le mur, rue Phan Dang Luu à Hué


Boutique de l’artisan peintre à Hué

A Hué, on trouve encore un artisan peintre d’enseignes. Son atelier est situe au 141, rue Huynh Thuc Khang, le long du canal Dong Ba. Il est installé la depuis des lustres. La surface de sa boutique lui permet de faire de grand format. Il nous a expliqué qu’il a toujours voulu faire ca. Comme son père faisait un autre métier, il fut apprenti dans un atelier avant de se mettre à son compte. Il en a peint des centaines. La concurrence était dure, car ils étaient nombreux autrefois à faire ce métier. Il y avait aussi ceux qui se spécialisaient dans les pubs des films de cinéma. Aujourd hui, il est contraint de peindre autre chose, mais il a de temps en temps des commandes pour des enseignes « vintages ». Il facture 800 kD par mètre linéaire, soit 32 euros. On aurait espéré voir des carnets d’esquisses mais il n’a jamais rien gardé de ses travaux antérieurs.


Enseigne faite récemment par l’artisan peintre de Hué

Au hasard des ballades dans Hué, on peut voir encore ici et la quelques enseignes peintes, bien sur un peu défraîchies après plusieurs décennies d’existence. La plupart peuvent être vues en face du marché Dong Ba, le long du canal du même nom et dans la rue Phan Dang Luu. J’en ai recensé une quinzaine peut être…


Le réparateur de machine à coudre pres du marché Tay Loc à Hué

Près du marché Tay Loc, un réparateur et marchand de machines à coudre exerce son métier depuis 45 ans. Et il exhibe fièrement une tôle peinte par son frère. Son frère a fait les beaux arts à Hue et vit maintenant aux USA..

Près du marché An Cuu, dans une ruelle, c’est probablement la plus belle plaque encore existante. Elle décore la boutique d’un tailleur. Les deux sœurs qui s’occupent de la boutique expliquent que c’est leur père qui l’a fait réaliser. Elle a été faite par le peintre de vélo du marché An Cuu. Je découvre qu’autrefois, on peignait régulièrement les vélos pour les protéger de la rouille. Le choix des couleurs et des motifs devenait alors un travail d’artiste.
L’entrée de la maison/ atelier se fait par la ruelle, car la rue a été élargie et l’entrée principale a disparu. La visite de la maison réserve bien des surprises : l’enseigne en relief de l’ancienne boutique, des armoires métalliques magnifiques, une malle en fer dans laquelle on conservait les choses précieuses pendant la guerre. Comme dans beaucoup de familles à Hué, rien n’a bougé, tout est resté en l’état depuis la mort du père.


L’enseigne du tailleur près du marche An Cuu

Aimant manier les logiciels de dessin, je n’ai pas pu m’empêcher d’essayer de créer moi-même quelques modèles.. Par exemple, cette création pour le cinéma Morin, autrefois très célèbre. Il me reste à présent à les peindre, et ce ne sera pas le plus facile…

Ou voir encore des enseignes traditionnelles ? Des cafés branchés se plaisent à les remettre au gout du jour, à Saigon ou Hanoi. Pour les originales, il faut avoir de la chance et beaucoup chercher. On en trouve aussi quelques unes au Laos et au Cambodge, dans les quartiers historiques. Dans le style chinois, il faut aller à Penang. C’est le paradis des enseignes la bas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *