Les rédemptionnistes à Hué

Quand on voit ces photos prises du ciel, on ne peut qu’être fier d’avoir un tel chef d’œuvre à Hué ! C’est une église de style asiatique et occidentale sans équivalent au Vietnam..

On doit cette église à l’architecte Nguyen My Loc, diplômé de l’école des Beaux Arts d’Indochine qui est ensuite allé en France pour obtenir son diplôme dplg. De retour au Vietnam, il travaille à priori dans le sud Vietnam mais on ne connait pas bien ses oeuvres. Il enseignera ensuite à Saigon puis, après 1975, quittera le Viêtnam pour la France.

Nguyen My Loc a le mérite d’avoir créer un projet imprégné d’identité nationale. A ma connaissance, seules l’église de Phat Diem (Père Six comme architecte) et l’église Cua Bac à Hanoi (architecte Ernest Hebrard) sont comparables dans leur originalité.

La construction a démarré en mars 1959 et l’église a été consacrée en avril 1962. La maitrise d’œuvre a été assurée par les rédemptionnistes eux même, grâce au frère Bui Van Khac, autodidacte, aidé de 150 ouvriers.
La hauteur de l’ouvrage est de 53 mètres avec un triple clocher octogonal dont la structure métallique a été fourni par la société Eiffel.
La nef est longue de 70 mètres, large de 37 mètres et haute de 32m à l’intérieur. L’édifice fait de béton et de granit offre une nef élancée sans colonne, qui offre une luminosité exceptionnelle. L’ouverture sur l’extérieur de la nef renforce l’impression d’une église ouverte à tous.
4 cloches sont activées par un système « electro magnétique », avec un angelus, le tout ayant été réalisé par la célèbre fonderie Paccard à Annecy. A l’origine, il existait aussi un carillon qui sonnait tous les jours à midi. L’horloge extérieure est Suisse mais hélas ne fonctionne plus.

Si la décoration intérieure est sobre, on remarquera quand même un autel long de 3.6m fait d’un seul tenant avec du marbre de Danang. La sacristie est vaste et ferait rêver plus d’un prêtre en France ! A l’intérieur, on y retrouve un reliquaire contenant les restes de Saint Joseph Le Dang Thi, un soldat au service du roi Tu Duc et qui fut victime de la persécution en 1860. Il a été canonisé en 1988 par Jean Paul II.

La période de 1955 à 1963 correspond à l’âge d’or du catholicisme au Vietnam car c’est l’époque de la présidence de Ngo Dinh Diem, catholique convaincu et originaire de Hué. Son frère, Ngo Dinh Thuc est d’ailleurs archevêque à Hué et lancera la construction de la cathédrale Phu Cam en 1963. Elle est située à quelques centaines de mètres de l’église des rédemptionnistes.

En 1968, lors de l’offensive du Têt, l’église n’a pas souffert sauf les vitraux. Depuis, l’église n’a pas subi de réparations majeures. Les tuiles qui brillent sur la photo ont été changées en 2013.

Bref historique de la congrégation à Hué

Il est intéressant de se replonger dans l’histoire même des rédemptionnistes, dont l’implantation au Vietnam a démarré à Hué en 1925. Les rédemptionnistes sont un ordre d’origine italienne. La branche vietnamienne provient de la province canadienne mais francophone de Sainte Anne de Beaupré, établie la bas en 1911.

L’objectif de Rome était d’accélérer l’édification d’un clergé vietnamien autonome et indépendant du colonisateur français. Hué, capitale royale, a donc été préférée à Hanoi, comme le sera plus tard la résidence du délégué apostolique du Vatican.

Ce sont donc 3 missionnaires canadiens qui débarquent en 1925. Ils sont bien accueillis par Mgr Allys, l’évêque français, mais ils doivent partir de zéro et sans soutien financier local car l’Annam est pauvre. Le choix d’implantation se porte sur un terrain à Hué même, non loin du palais-hors-citadelle que s’est fait construite l’empereur Khai Dinh (palais An dinh). A cette époque, ce coté ci de la ville n’est que rizières, dont le riz parfumé est réservé à la cour royale.

Quelques temps après, c’est un noviciat puis un juvénat qui sont construits pour accueillir les futurs recrus.

L’important pour les rédemptionnistes est de se mêler à la population locale. Ainsi, en 1929, est créé l’Accueil, bâtiment qui existe toujours sur le coté de l’église. Ce lieu servira de salle polyvalente, propre à organiser des pièces de théâtres, des conférences, des rencontres avec les habitants mais aussi avec l’élite locale, famille royale et haut mandarins. Attenante à la grande salle se trouvait une bibliothèque ouverte à tous et disposant d’ouvrages variés en différentes langues. L’Accueil était autrefois le seul centre culturel de l’ancienne capitale de Hué.

Les Pères enseignent aussi l’anglais, pas si courant à cette époque. Un foyer est créé pour servir de pensionnat pour les lycéens habitants en dehors de la ville. Ce sont aussi les rédemptionnistes qui vont introduire le scoutisme au Vietnam avec la création en 1931 des premières troupes multiconfessionnelles à Hué.

(AP Photo/Horst Faas)

Survol de l’église en 1962, photo internet (AP Photo/Horst Faas)

Les rédemptionnistes sont aussi très proches du centre marial de Lavang, à 50km au nord de Hué. C’est un peu le Lourdes du centre Viêtnam. Les pèlerins peuvent loger chez les Pères, ce qui est toujours le cas aujourd’hui.

Toutes ces actions créent des mouvements de sympathies en leur faveur et augmentent les conversions et ordinations. Il est clair que l’indépendance des rédemptionnistes par rapport au pouvoir colonial plait à un grand nombre.


On distingue bien sur cette photo les bâtiments de l’Acceuil à gauche. En haut à droite de la photo, la maison coloniale existe toujours, c’est devenu un commissariat de police (photo internet)

Cette indépendance leur servira de plus en plus au fur et à mesure des événements qui vont émailler le Vietnam dans les années qui suivirent. Le coup de force des japonais le 9 mars 1945 épargnera les Pères rédemptionnistes même s’ils sont consignés à demeure. Un peu plus tard, le Vietminh les laissera aussi à peu prêt tranquille. Les Pères en profitent pour accueillir dans leur église des centaines de refugiés. Les plus connus seront la reine Nam Phuong et ses enfants qui resteront la quelques jours avant d’être exfiltrés par les français. Ce sera peut être le dernier symbole de séduction des élites vietnamiennes locales car l’abdication de l’empereur Bao Dai quelques mois plus tôt a mis à mal toutes les démarches en leurs faveurs.


Le reliquaire de Saint Joseph Le Dang Thi

Le changement d’époque et d’environnement ne figent pas les Pères de Hué qui regardent sur le long terme. Et chose étonnante, ils vont se lancer dans une exploitation forestière en défrichant une grande étendue vers le col des nuages. Le bois servira à réparer la ligne de chemin de fer endommagée durant la guerre. Ensuite, sur les parcelles défrichées, ils planteront des arbres fruitiers. L’âge d’or de cette plantation sera en 1951/1952.

Apres 1945, les rédemptoristes vietnamiens prennent progressivement la relève et les pères canadiens doivent les préparer à l’autonomie.

Dans les faits, la guerre d’Indochine se durcit de plus en plus.. le juvénat de Hanoi fusionne avec celui de Hué puis se déportera vers le cap saint jacques / Vung Tau en 1956.

La nouvelle église de Hué se construit ensuite. En 1964, la province rédemptionnistes du Vietnam est inaugurée, signifiant une indépendance par rapport à la maison du canada. D’autres missions sont créés à cette époque, notamment sur les haut plateaux.

Jusqu’en 1965, les rédemptionnistes pratiquaient la flagellation, y compris à Hué! Vatican 2 a eu raison de cette pratique..

Lors de l’offensive du Têt en 1967, les réceptionnistes accueillent à nouveaux des refugiés dans l’église. Ils seront plus de 7000 pendant 1 mois.

En 1975, les missionnaires canadiens sont expulsés. Les installations non liées directement à la congrégation sont saisies. L’ancien juvénat est devenu un orphelinat puis un jardin d’enfants, suivant ainsi les possibilités offertes par l’état aux congrégations. L’Accueil été réquisitionnée pour devenir la Maison culturelle de la jeunesse de la ville de Hue (87 Nguyen Hue).


la sacristie (photo prise en 2012 avec l’autorisation du Père Phuc)

En 2020, on peut lire sur le site des rédemptionnistes que le Vietnam compte 26 communautés avec 360 confrères, 239 prêtres, 7 diacres de transition, 94 étudiants profès, 20 frères, 12 novices, 35 postulants et 80 aspirants.

Principale source sur l’histoire de la congrégation au Vietnam:
Thèse de ÉRIC VINCENT, LA MISSION DES RÉDEMPTORISTES CANADIENS-FRANÇAIS AU VIETNAM ENTRE 1925 ET 1975, 143 pages
https://archipel.uqam.ca/4501/1/M12348.pdf

Sur l’architecture (en vietnamien):
‘https://www.tapchikientruc.com.vn/chuyen-muc/kien-truc-nha-tho-dong-chua-cuu-the-thanh-pho-hue.html

Vues aériennes extraites de la video PK Media sur youtube:
‘https://www.youtube.com/watch?v=4Go4xxKsBdY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *