Petit virus, grosse déprime !

A ce jour, le Vietnam compte 122 personnes infectées par le virus, contre 16.000 en France.

Est-ce la chaleur ou l’efficacité du Vietnam à lutter contre le virus, il est trop pour le dire. Mais ici en tout cas, l’Etat a mis les moyens et l’épidémie est sous contrôle.


Notre dernier design..

Rappelons les étapes et les faits marquants de cette lutte..

Dès le début de l’épidémie, courant janvier, toutes les frontières ont été mises sous surveillance avec détection systématique de la température et mise en place de la traçabilité des voyageurs entrants. En cas de doute ou de contacts avec un contaminé, la mise en quarantaine est systématique.
A l’issue des congés du Têt, le 3 février, la plupart des provinces ont choisi de garder fermer les écoles et universités. Les cours privés ont été interdits.
Le 18 février, le festival de Hué, comme beaucoup d’autres, est reportés sine die.
Tous les rassemblements et spectacles sont annulés, les cinémas se ferment.
Devant la progression des cas en Corée et en Italie, les frontières se sont fermées pour ces 2 pays fin février.
Le 6 mars, le Vietnam annonce sa capacité à fabriquer 10.000 tests par jour.
Le 9 mars, c’est toute l’Europe qui est mise sous surveillance avec l’arrêt des visas gratuits pour les courts séjours. Pour ceux qui entrent encore dans le pays, les déclarations de santé sont mises en place systématiquement. Ceux qui arrivent dans le pays reçoivent une visite quotidienne d’une équipe médicale pour la prise de température pendant 14 jours.
Le 15 mars, le pays se ferme à tous les visiteurs en provenance des pays européens.
Le 16 mars, l’ile de Phu Quoc se ferme aux étrangers, comme les villes de Sapa, Hoi An, Mui ne…
Le 21 mars, fermeture du pays à tous les étrangers puis, le 22 mars, à tous les vietnamiens de l’étranger et leurs familles.
Et le Premier Ministre vient d’annoncer que demain, mercredi 25 mars, plus aucun avion ne pourra atterrir au Vietnam en provenance de l’étranger.. Vietnam Airlines a déjà annoncé la suspension de tous ses vols internationaux à cette date.


Consignes affichées à l’entrée du supermarché Coop Mart de Hué

On a senti progressivement la crainte de voir le virus arriver depuis la Chine, puis de l’Europe par les touristes. Et depuis quelques jours, c’est la peur de voir revenir du monde entier les vietnamiens de l’étranger, étudiants pour la plupart, fuyant les pays infestés. Pour éviter la contagion, le pays a décidé de fermer ses portes à tous.

A Hué, les cas d’infection se comptent sur les doigts d’une seule main.
Mais la ville est au ralenti, les écoles et universités étant à nouveau fermées.
Même s’il n’y a pas de confinement de masse, tous les lieux de rassemblements sont fermés et le quartier touristique fait pale figure. Les monuments (citadelle, tombes..) sont fermés depuis 2 semaines.
Comme il n’y a plus de touristes, les « xe om », taxis, cyclos se sont arrêtés d’un coup. Des centaines de taxis sont garés dans d’immenses parkings à la périphérie de la ville. Mais ce qui est le plus triste, c’est de ne plus voir les bateaux dragons sur la rivière des parfums.

La plupart des gens portent des masques. A l’entrée des supermarchés, la température est prise et on est prié de se nettoyer les mains. Les masques sont obligatoires dans la plupart des commerces.

Pas de confinement pour la population. Beaucoup de gens ont peur et préfèrent rester chez eux. Mais il n’y a ni panique ni rupture d’approvisionnement.

Les conséquences économiques sont immenses.
Tous ceux qui travaillent dans le tourisme et les transports sont directement impactés.
Ici, pas d’aides de l’Etat. Les gens qualifiés étant rares, les entreprises essayent de conserver leurs employés en les payants pour éviter de les voir partir à la concurrence lors de la reprise.
Mais ca, ce n’est possible que si la crise ne dure pas trop longtemps. Les hôteliers et patrons de restaurants essayent de renégocier les loyers avec les propriétaires.

Le tourisme, c’est 8% environ du PNB..


Atelier textile de Hué fabriquant des masques avec les moyens du bord…

Les entreprises textiles sont aussi impactées du fait du manque d’approvisionnement des matières premières de la Chine et, plus récemment, de l’annulation de commandes depuis l’Europe. Certaines entreprises se reconvertissent dans la production de masques en tissus.

L’action de l’Etat ne va pas très loin. Abaissement des taux d’intérêt pour limiter la charge financière des entreprises…Le chômage partiel n’est pas pris en charge par l’Etat comme en France !

D’ici quelques jours, on verra probablement beaucoup d’entreprises faire faillite, faute de trésorerie. Espérons que le système bancaire sera suffisamment solide pour absorber ces chocs.

Pour les individuels et les employés, les temps seront dures et les familles, traditionnel rempart, seront fortement mises à contribution. Les vietnamiens en ont vu d’autres…


Fin de la période d’observation de 14 jours (prise de temperature 1 fois par jour) pour notre amie revenue au Vietnam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *