Vingroup, le plus gros conglomérat privé vietnamien

En cette fin d’année 2021, on parle beaucoup des risques de faillite d’Evergrande en Chine. En lisant un article sur cette société, quel fut mon étonnement de voir les similitudes de ce groupe avec le groupe vietnamien Vingroup. Rassurez vous, similitudes concernant les domaines d’activités, pas sur les risques de faillite !


La magnifique berline Vinfast Lux A2, sortie en 2021 (photo internet)

Evergrande est actif principalement dans l’immobilier mais aussi dans les parcs de loisirs, les véhicules électriques, les médias, l’eau…, un CA de 68 milliards d’euros réalisés uniquement en Chine avec 200.000 employés. Le tout avec une dette de 260 milliards d’euros, 2% du PIB chinois et actuellement un parc de logements vides qui pourrait loger 340 millions de personnes !

Comme son grand frère chinois, Vingroup est aussi largement présent dans l’immobilier, cela représente 70% de ses ventes. Mais aussi dans l’industrie automobile, les parcs à thèmes, les hôtels et, pour des montants plus symboliques, dans la santé et l’éducation. Il y encore peu, c’était aussi des milliers de superettes à l’enseigne Vinmart, des fermes de produits bio et des téléphones portables..

Son CA était de 4,1 milliard d’euros en 2020, soit 1,8% du PIB vietnamien. Comme Evergrande, ses ventes sont entièrement réalisées localement. ,. Un profit de 91 millions d’euros pour une année 2020 marquée par le Covid, c’est honorable. Mais là ou s’arrêtent les comparaisons avec Evergrande, c’est pour la dette. Elle ne dépasse pas 5 milliards d’euros. Rien à voir donc avec son grand frère chinois. Le ratio anglo-saxon « passif sur fond propres » est de 2,1, ce qui n’est pas affolant pour une telle société.

Ce groupe entièrement privé a été créé en 1993 par Pham Nhat Vuong, un vietnamien parti suivre ses études en Ukraine. Le capitalisme vietnamien est assez riche de parcours similaires. Il faut croire que l’enseignement du capitalisme après la chute de l’URSS était de qualité ! Les actionnaires étrangers représentent 6% du capital, pour 28% pour les vietnamiens. Le reste du capital est aux mains des investisseurs du départ, tous vietnamiens.


Landmark, la tour la plus haute d’Asie, 81 étages, située à Saigon, inaugurée en 2018 par le groupe Vingroup (photo internet)

Par rapport aux groupes occidentaux, la taille du groupe semble bien modeste. Pourtant Vingroup est partout ! Surtout dans des activités destinées aux classes aisées. Les 35 hôtels et résorts Vinpearl sont magnifiques. Celui de Hué est une tour impressionnante de 34 étages ouvert en 2018 (voir article dédié).

On croise aussi partout les superettes Vinmart, vendues au groupe Massan en 2020, mais qui conservent leur enseigne pour le moment. En 2 ou 3 années seulement, le groupe avait ouvert plusieurs milliers de magasins partout au Vietnam, tentant de bouleverser les habitudes des vietnamiens. Il reste aujourd hui au groupe 80 centres commerciaux.

Mais l’étonnement fut encore plus grand quand on a découvert que Vingroup se mettait a produire des voitures ! En un temps record (21 mois), à grand renfort de compétences occidentales et de 4 milliards d’investissement, 3 modèles de voitures sont sortis de l’usine ultra moderne de Haiphong en 2019. Le design de ces modèles, issu de Pininfarina, a été choisi par un panel de 66000 vietnamiens. 31500 voitures ont été vendues en 2020. Et ce n’est pas fini.. Car Vinfast arrive en Europe et aux Usa. A partir de 2022, vous pourrez acquérir les versions électriques de ces modèles, avec des batteries à chargement ultrarapide.. Ce parcours est tout simplement incroyable !

Qu’en est-il des profits ? il est toujours difficile d’obtenir des réponses claires dans des comptes consolidés, mais on peut dire que c’est l’immobilier qui génère l’essentiel des profits du groupe. Comme en Chine, la hausse des prix du foncier est forte, ce qui facilite bien les choses… Tant que les prix montent, les spéculateurs, aussi nombreux au Vietnam qu’en Chine, continuent d’acheter rapidement dans l’espoir de revendre avec profit..

Les autres branches sont presque toutes en perte, mais l’année 2020 est un peu spéciale…

Les informations sur les salaires ne manquent d’étonner. Les revenus moyens des 40100 employés du groupe serait de 21,5 millions de VND, soit 800 euros par mois. En hausse de 28% sur l’année précédente ! Bizarre.. Les salaires ne dépassent pas en général 5 millions en province et 10-15 millions dans les grandes villes.. 55% des employés ont moins de 30 ans, et 40% ont un diplôme d’études supérieures. Est ce la présence d’experts étrangers employés à grand frais qui fait flamber les couts ? Quoi qu’il en soit, Vingroup a la réputation de bien payer ses employés mais aussi de tout exiger d’eux. La pression est très forte et on ne compte pas ses heures. On est corvéable 7 jours/ 7. Les employés sont tenus aussi de s’équiper avec les marques du groupe : téléphones portables, scooter voire voiture pour les cadres..

Que pensez de ce groupe ? Pour un esprit occidental comme le mien, je suis un peu perplexe. Car les prix dans les superettes sont très élevés, les parcs à thèmes sont vides, les scooters électriques ne se sont jamais vendus, les centres commerciaux sont peu fréquentés et les projets immobiliers démesurés. Difficile de faire une opinion dans un pays ou les analystes financiers n’existent pas. Mais je reste admiratif sur la vitesse à laquelle le groupe se développe. J’ai hâte de voir si le groupe réussira son ambition de vendre ses voitures en occident. Ce serait la preuve qu’avec de l’argent et du talent, tout est possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *