Catégorie «Religion»

60 ans de sacerdoce pour le Père Etcharren

Les Vietnamiens ne font jamais les choses à moitié : pour le jubilé du Père Etcharren, il y avait dans la cathédrale Phu Cam de Hué plus de 12 évêques, 200 prêtres et séminaristes, quelques moines et beaucoup de religieuses.


Avant la messe, des enfants, déguisés en religieux, rejoue la vie du Père Etcharren.

Il faut dire que le Père Etcharren n’est pas un inconnu ici. Apres avoir été ordonné prêtre aux Missions Étrangères de Paris (MEP) à l’age de 25 ans, il arrive comme missionnaire la même année au Sud-Vietnam, 3 ans après le départ des français. Quel accueil les vietnamiens allaient-ils lui faire ? C’était sa grande préoccupation. Finalement, tout se passa bien.. Il apprend le vietnamien puis devient vicaire à Notre Dame de Lavang en 1959. Puis il passe quelques années comme professeur à Hué, d’abord au Collège de la Providence, puis au petit séminaire du diocèse. Il est ensuite nommé curé de Dong-ha et responsable du district du 17ème parallèle. En 1972, il accompagne les réfugiés de son secteur au camp de Hoa-khanh, près de Da-nang, puis, en 1973, s’occupe de la réimplantation de ces réfugiés dans la province de Binh-tuy. En 1975, il doit quitter le Vietnam. De retour en France, il s’occupe de l’accueil des réfugiés vietnamiens. Il occupe ensuite différentes fonctions au sein des MEP jusqu’à en devenir le Supérieur Général de 1998 jusqu’en 2010.

A présent, il prend sa retraite sur les terres de sa mission, à Hué. Il ne sera pas seul, car il existe de nombreuses congrégations religieuses ici, et notamment les Amantes de la Croix qui viennent de fêter leur 350 années de fondation par les MEP.

Procession multicolore pour le nouvel évêque de Hué

L’arrivée d’un nouvel évêque à Hué fut l’occasion d’organiser une grande célébration à la cathédrale Phu Cam. Parasols, tuniques multicolores, c’était un vrai festival de couleurs …
Monseigneur Nguyen Chi Linh est agé de 68 ans. Il était précédemment évêque à Thanh Hoa.


Les enfants de la paroisse de Phu Cam


Tous les prêtres du diocese étaient presents ainsi que de nombreux évêques…

Culte de la Déesse Mère

Il y a quelques mois, je présentais un article sur une cérémonie similaire à Hanoi. Voici quelques photos d’une cérémonie à laquelle j’ai pu assister dans les environs de Hué.


Les 3 médiums en action

Le rite de la Déesse Mère est radicalement différent d’un culte Bouddhiste. Les Bouddhistes sont végétariens, et plutôt discrets. Les adeptes de la Déesse Mère font des offrandes en grand nombre, et notamment de la viande. Les médiums (« len dong ») s’habillent en blanc, sont maquillées « comme des fantômes », donnent l’impression de danser en permanence car elles sont investies de pouvoirs divins.

Lorsqu’il entre en transe, le médium n’est plus lui même… sa voix notamment devient grave et les propos qu’il tient sont ceux de la divinité…

Dans les autres religions, on prie mais on n’a pas de contacts directs avec les divinités. Ici en revanche, le médium entre en transe et la divinité prend possession du corps de celle ci. On peut donc lui poser directement des questions et entendre ses réponses…

On l’invoque pour la santé, la richesse, la réussite commerciale.. mais pour des questions précises qui appellent réponses: localisation d’un membre de la famille, mort pendant la guerre, guérison ou non d’un proche, succès d’un investissement…


ça pourrait être une maison de poupée mais c’est pas pour les enfants..

Les divinités sont très gourmandes en objets votifs… La photo qui suit fait suite à une séquence moins heureuse: la divinité trouve les cadeaux pas assez nombreux et réclament de l’or. L’assistance est préoccupée… on apporte finalement une montagne de lingots d’or en papier.. les visages se détendent, et chacun exprime sa joie lorsque finalement la divinité satisfaite accepte les présents…

Je suis ressorti de la cérémonie avec pleins de papier monnaie dans les poches (des vrais billets !) car les cadeaux sont distribués à l’assemblée.. cela porte chance, ce qui fut le cas pour moi car le soir même je faisais une rencontre fort sympathique… Certains médiums sont très recherchés et les réponses apportées sont, d’après ce qu’on dit, très précises..

Bonne fête de Pâques !

Ce jour ce Pâques est l’occasion de rappeler que la terre d’Annam, le Vietnam actuel, fut une terre de persécution des catholiques principalement entre 1840 et 1890… C’est d’ailleurs l’une des raisons qui justifia, en son temps, l’intervention conjointe des Français et des Espagnols puis la colonisation française.

En 1860, le roi Tu Duc interdit la religion catholique et appela les mandarins à emprisonner les catholiques. A leur arrivée en prison, on leur grava les deux caractères chinois « Ta Dao » qui signifient « religion perverse ». On ajouta ensuite le nom de la province et le village… Beaucoup furent condamnés à mort, et ceux qui échappèrent aux nombreux édits de persécution conservèrent à vie ces marques…


photo MEP

Fête bouddhiste Vu Lan

Pendant 2 jours, Hué a vécu au rythme de la fête Vu Lan, deuxième fête la plus importante chez les Bouddhistes. D’abord fête des défunts et jour d’aumône pour les pauvres, cette fête du 15 juillet du calendrier lunaire (29 août) s’est transformée en fête des mères.
Même si c’est la rose qui est le symbole de cette fête, je dédie cette fleur de Lotus à toutes les mères..

Objets votifs à Hué

Plus encore que dans le reste du Vietnam, Hué est vraiment l’endroit où l’on brûle le plus d’objets votifs ! Les traditions restent fortes ici, et l’on prend très au sérieux le rituel des cérémonies de culte. Cérémonies bouddhistes 2 fois par mois, culte des ancêtres, offrandes faites aux génies protecteurs.. les raisons de ces rituels sont diverses et nombreuses.


Petits chevaux pour aller plus vite


Les bateaux sont des objets essentiels à Hué pour circuler sur les rivières, canaux ou en mer

Dans tous les cas, il s’agit de fournir à ses ancêtres, aux génies protecteurs, aux âmes errantes de quoi les satisfaire et les apaiser. De cette manière, on chasse les mauvaises influences qui pourraient venir troubler la vie de votre famille ou le succès d’une entreprise.


Offrir de la compagnie pour ses ancêtres…

Ainsi tous les mois, ce sont des tonnes de papier qui partent en fumée… Le feu est le moyen qui permet la transmission des objets aux esprits, accompagné des prières qui vont bien.


Un cheval peut coûter jusqu’à 30 euros…

Ne vous aviser pas d’acheter ces objets pour les offrir à vos amis ! Non ! Cela ne doit servir qu’à honorer la mémoire des défunts et permettent à ceux ci de bénéficier dans l’au delà de tous les objets matériels dont ils pourraient avoir besoin… Ainsi, au delà des nourritures terrestres, on peut offrir des objets qui viennent du passé (chevaux, armures, arc.. ) ou du temps présent (moto, valise…) . On offre aussi de la compagnie pour que les ancêtres soient bien entourés.


Chapeaux Tonkinois…

N’allez pas croire que cela relève du folklore ! Apaiser les esprits pour que toute les actions présentes se passent bien est essentiel. Il y a quelques temps, le démontage d’un parc d’attraction avait entraîné catastrophes sur catastrophes (accidents mortels, incidents en tout genre) … Ce ne fut qu’après de nombreuses séances d’offrandes et de prières rituelles que les travaux ont pu reprendre en toute sérénité.

Ces objets sont fabriqués artisanalement un peu partout en ville et à la périphérie. Cela fait travailler beaucoup de monde.


Cérémonie d’offrandes


Autel impressionnant pour une cérémonie ordinaire devant un hôtel ordinaire… rien ne manque: cigarettes, bétel, bâtons d’encens, objets votifs (éventails, bottes de mandarin, lingots, papier monnaie..), alcool de riz et une abondance de nourriture (dont crabes vivants, brochettes de petits poissons, bière…), fleurs…


Autre cérémonie pour l’inauguration d’une nouvelle activité vietnamo-coréenne