Catégorie «Voyages»

Les environs de Dalat (suite)

Les collines proches de Dalat ont été façonnées de manière à pouvoir développer les cultures maraîchères et horticoles.

culturemaraichere.1198654424.jpg Du Lang Bian (2163 m), situé non loin de Dalat, la vue est superbe. C’était autrefois une zone de chasse exceptionnelle. 

lanbiang.1198654488.jpg

 

 

 langbian.1198654684.jpg Mais le plateau encore sauvage aujourd’hui sera bientôt construit ….

 lumiereorage.1198654761.jpg

Dalat, et son atmosphère française

Dalat, c’est la petite France, avec ses villas coloniales au milieu des pins…L’endroit a été reconnu par Yersin en 1893, puis proposé à Paul Doumer, alors Gouverneur de l’Indochine, pour y fonder une station d’altitude, permettant aux Saïgonnais de bénéficier de la douceur du climat. Située à 300 km de Saigon et à 75km de la mer, Dalat est à 1500 mètres d’altitude. 

 villedalat.1198651089.jpg

 dalathauteur.1198653887.jpg

Elle mettra du temps à prendre son essor, car son isolement dans une vallée fort boisée et difficile d’accès nécessite des infrastructures onéreuses. De plus, les fonctionnaires préféraient bénéficier du congé périodique en France, dont le coût du transport par bateau était payé par l’administration, plutôt que de rester en Indochine.   

 C’est finalement la 1ère guerre mondiale – et l’isolement de l’Indochine – qui va accélérer le développement de cette station. Les villas se multiplient apres 1917, le Golf vers 1920, le Grand Hôtel en 1922, et la cathédrale dans les années 30. Une ligne de chemin de fer relie Dalat au littoral dès 1933.  

dalatjardinenfants.1198652072.jpg

C’est surtout la présence de nombreux gibiers (éléphants, tigres, gaur …) qui va faire connaître la station dans le monde entier. Les chutes d’eau sont aussi nombreuses que spectaculaires. 

golfdalat.1198652714.jpg

Par la suite, la ville a été protégée de la guerre par un accord tacite entre les belligérants. 

villa4.1198652212.jpg

Aujourd’hui, la ville compte plus de 150.000 habitants et les édifices construits du temps des français est encore nombreux. On recense encore plusieurs centaines de villas de l’époque coloniales et de jolis bâtiments publics (gare, église, université, écoles, couvents, le Palais Bao Dai..).

 villapins.1198652298.jpg

La ville vietnamienne s’est fortement développée, et a envahi la plupart des parcelles disponibles, mais Dalat garde son atmosphère particulière. Les Vietnamiens (voyage de noce notamment) sont nombreux a s’y rendre. Quant aux occidentaux, ils sont souvent déçus, en raison justement du manque d’exotisme de la cite, de la pluie et de la fraicheur du climat.

villa3.1198652365.jpgLes richesses de la ville aujourd’hui, en dehors du tourisme, ce sont les cultures maraîchères et horticoles. Les artichauts (pour les tisanes), les fraises et les roses de Dalat sont célèbres dans tout le sud Vietnam.

villa1.1198652643.jpg

Le « Palace Hôtel », superbe bâtiment construit en 1922, est gèré aujourd’hui par le groupe Accor. Il dispose d’une large vue donnant sur le lac et derrière, le golf. C’est l’un des rares endroits ou la vue reste dégagée…

palace.1198653053.jpg La gare de Dalat, qui ressemble fortement a celle de Deauville… Seuls quelques kilomètres de rails sont encore utilisés pour les touristes.

garedalat.1198653284.jpg

Le Lycée Yersin, édifice en brique et pierres aux lignes arrondies… 

lyceeyersin.1198653435.jpg

 Nombreuses sont les congrégations religieuses présentes à Dalat. Le  « Couvent des Oiseaux », qui a vu passer toute l’élite vietnamienne avant 1975, est le plus célèbre. Trois religieuses veillent aujourd’hui sur ce trésor du temps passé.

Ci dessous, le Domaine de Marie, couvent tenu par les sœurs de St Vincent de Paul.

Madame Jean Decoux, épouse du Gouverneur Général de l’Indochine (de 1940 à 1945), s’était tuée accidentellement en voiture à Dalat, le 6 janvier 1944, alors qu’elle se
rendait à la résidence d’été de l’Empereur Bao Dai.
Madam Decoux, née Suzanne Humbert, est inhumée au Couvent du Domaine de
Marie près du mur de la chapelle car elle avait été déclarée bienfaitrice de
ce couvent par les Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul.
Ce couvent dispose d’une très belle boutique pour les touristes car les
orphelines prises en charge totalement par les Soeurs, réalisent des
broderies superbes. Cette boutique les aide en partie à supporter les frais
d’internat pour les jeunes-filles scolarisées. Une trentaine de garçons sont
aussi pris en charge par les Soeurs car ils sont handicapés (sourds) et
ainsi scolarisés.


domainedemarie.1198653604.jpg

C’est la moisson !

Les récoltes fournissent encore du travail pour de nombreux journaliers. Outre la tache la plus pénible de coupe de la tige, les pieds dans l’eau, il faut aussi du monde pour le battage : portage des gerbes jusqu’à la machine, récupération du paddy en sortie pour le mettre dans des sacs, fermeture des sacs avec des « aiguilles a tricoter », portage des sacs jusqu’à la ferme…Cela emploie facilement une dizaine de personnes. Il restera encore à faire sécher le paddy devant chez soi, puis à le faire décortiquer…..

Et recommencer deux à trois fois par an, suivant le nombre de récoltes.

recolte2.1187426057.jpg

recolte4.1187426129.jpg

 

 

recolte1.1187426018.jpg

 

Non, ce n’est pas la piste Ho Chi Minh ! :

 recolte3.1187426101.jpg

Exemple de transformation d’un quartier, à Cholon

Situé non loin du marché Binh Tay, se trouvait le canal Bonnard, situé à l’intérieur de la ville, et fort fréquenté autrefois par les jonques. La photo en noir et blanc montre le canal, sans doute en 1940-1950, vu la forme de la carte. Sur cette carte, au bout du canal, on distingue le pont à 3 branches, déjà signalé en 1930 sur la photo qui suit.

cpacholon.1187422745.jpg

104pont3archescholon.1187422719.jpg

Que reste t-il de tout cela aujourd’hui ? Pas grand-chose !

Des constructions se sont établies de chaque coté du canal, le pont à 3 branches n’existe plus.

Quant au canal proprement dit, il existe toujours mais c’est un cloaque sans nom !  

cholonpont3.1187423065.jpg

Ci dessus, emplacement du pont a 3 branches. Ci dessous, portion recouverte du canal. Des habitations ont ete construites de part et d’autres

.cholonrue.1187423143.jpg

cholonsurcanal.1187423343.jpg  

J’ai quand même retrouve deux maisons qui figurent sur la carte en noir et blanc :  

cholontourocto.1187422912.jpg 

La maison situee a gauche de la premiere, egalement visible sur la carte postale :

cholonmaison.1187422807.jpg

Les quais eux-mêmes ont beaucoup rétréci, sauf sur une portion de 300 mètres :   

cholonquais.1187423101.jpg

Un peu plus loin, on trouve quand même une maison individuelle, rare témoignage du passée fastueux :

cholonmaison.1187423010.jpg 

Et une autre :

 cholonangle.1187422974.jpg

Cet exemple est à l’image de toute la ville de Cholon. Elle fait actuellement l’objet d’intenses transformations urbaines qui éliminent progressivement toutes traces de la singularité de la ville aux couleurs chinoises. Seules les pagodes restent immuables dans cette modernité (a suivre…).

 cholontravaux.1187424106.jpg

Construction en cours d’une voie rapide  qui passera notamment sur l’axe Saigon – Cholon le long de « l’arroyo chinois » :

cholontravauxbis.1187424194.jpg