Les Eglises du delta

Cette petite église ravissante date de 1936. Elle est située sur l’île en face de Vinh Long.

blogeglisedelta.1193832678.jpg eglisedelta1.1193832738.jpg

Le prebystere :

eglisedeltaprebysterel.1193835861.jpg

Celle-ci est plus imposante encore. Elle date de 1929-1932 et se situe à Cai Be, au bout du canal où se trouve le marché flottant.

caibe.1223804703.jpg

Villa Le Quang Si à Hoa Lac

A 40 km à l’ouest de Sadec, vers Lap Vo, une autre villa au bord d’un petit cours d’eau, isolée dans un écrin de verdure tropicale. On la distingue à peine de la route, mais une intuition vous pousse à aller plus en avant. Là encore, un couple garde ce trésor, propriété d’une famille vietnamienne, « autrefois riche, maintenant pauvre ». « Il s’occupait de jardins ». Impossible d’en savoir plus sur la profession exercée par ses ancêtres. Lui parle bien anglais, interprète pendant la guerre pour les américains. Tandis que sa femme continue à coudre des moustiquaires pour vivre. En réalité, deux maisons sont cote à cote. L’une construite par ses grands parents, en 1895, de style traditionnel avec une charpente en bois très imposante, et l’autre plus typique des maisons françaises, en maçonnerie. Des trous partout aux plafonds. Il aimerait bien restaurer la villa mais n’en a pas les moyens… Il aime la compagnie, le billard, la guitare, les échecs et attend votre visite.

blogvillahoalac5.1193821449.jpg blogvillahoalac.1193821529.jpgblogvillahoalac2.1193821581.jpgblogvillahoalac3.1193821632.jpg

blogvillahoalac1.1193830296.jpg

blogvillahoalac6.1193821710.jpg

La maison construite en 1895 : 

bloghoalac18953.1193910784.jpg

 Plan traditionnel, de plein pied, avec grande hauteur sous plafond pour favoriser la circulation de l’air. Charpente imposante, demontable.

 bloghoalac1895.1193910857.jpg

Autel des ancetres

bloghoalac18952.1193910899.jpg

Le charme colonial a Sadec

Sadec est ma ville préférée du delta du Mékong, pour sa tranquillité, le français que de nombreuses personnes parlent encore, et aussi pour le musée à ciel ouvert que constituent les nombreuses villas et édifices construits du temps des français.

La photo montre l’une des dernières très belles maisons construites à cette époque dans cette ville. Elle est en face du marché, sur l’autre rive. On voit cette maison en arrière plan dans le film l’Amant. A l’intérieur, une vieille dame veille sur cette demeure de famille (grands parents Hoi – parents Nguu) en occupant une partie seulement de la villa. La décoration murale est d’époque. Elle est entourée d’une enceinte en fer forgée préservée. Le tout est en mauvais état, comme souvent pour les édifices privés encore existants aujourd’hui. Mais le charme continue d’agir !

Cuisine vietnamienne…

Dans les lexiques de vocabulaires, il y a un mot curieux qu’on retrouve systématiquement dans les pages consacrées à la cuisine vietnamiennes : le glutamate de sodium, (“bot ngot”, sans l’accentuation). Que peut bien dire ce terme barbare qui n’inspire pas confiance… Effectivement, apres quelques recherches sur internet, on découvre que ce produit alimente de nombreuses contreverses. Ce produit, qui a l’apparence du sucre, sert de réhausseur de gout, comme peut le faire le citron. En réalite, en plus de donner un gout de “boullion”, il sert aussi à masquer le gout des aliments “pas trés frais”. Certains en sont allergiques, et il peut entrainer à court terme des maux de tétes. Sur le long terme, il parait que ca peut rendre fou, mais ca se saurait si c’était le cas ! On le retrouve en tout cas dans tous les plats asiatiques, au restaurant comme à domicile. Meme si la tendance n’est pas encore au ‘bio’, certains asiatiques sont trés attentifs à ce genre de chose, et sélectionnent avec attention les endroits ou ils déjeunent. Autre exemple, la biere pression. Elle est pas chére – moins de 0,25 euros le litre ! – légére… Pour autant, certains affirment qu’on y met des produits innommables, et ils préférent mette 12 fois plus chers pour la boire en bouteille… Mais il reste encore des valeurs sures, comme les oeufs de canne couvés, une spécialité dont raffolent les vietnamiens. Ne ratez pas les plumes et le bec ! Bon appétit !

oeufscouves.1189689999.jpg

Vol de PC

Mon portable ayant été volé, ainsi que la plupart de mes photos, le rythme d’alimentation du blog s’est ralenti.. merci de votre compréhension ! Ci dessous, le commerce de la canne à sucre.

mia.1189655556.jpg

miapreparation.1189655614.jpg

La langue vietnamienne

Alors, qu’en est il de la langue vietnamienne ? facile ou difficille ?

La transcription de la langue en caractére latin a été réalisée par Alexandre de Rhodes, missionnaire francais au XVII eme siécle. A l’époque, il s’agissait de fournir aux premiers catholiques une langue spécifique (“Quoc ngu”), accessible à tous, et qui devait servir à la propagation de la foi. Depuis, cette transcription latine a été adoptée par tous et les caractéres chinois, utilisés autrefois par les lettrés, n’ont plus cours.

La langue est d’apparence monosyllabique, avec des mots très courts. Tous les mots sont invariables et la grammaire est trés simple : “da” pour exprimer le passé, ”se” pour le futur… L’alphabet est le notre, avec quelques consommes en moins. Les phrases sont simples à construire. Seul le respect du aux personnes, très important au Vietnam, rend indispensable l’usage – et la maitrise- des mots comme “monsieur, madame, grand frere, oncle, enfants” etc.. qui dépendent de l’age et du niveau de la relation entre les interlocuteurs. Par exemple, je suis le “grand frere” de tous les plus jeunes ici présent.. et je pourrais etre “enfant” vis a vis d’un homme d’age respectable…

Pas de soucis donc de ce coté là ! La difficulté provient de la prononciation. Il existe de nombreux accents qui doivent étre respectés sous peine d’incompréhension.  Un  mot comme “bao” peut signifier journal, enveloppe, précieux, orage, audacieux suivant le ton adopté.

La prononciation elle méme est differente entre le nord et le sud, voire entre les régions… Un vietnamien du sud peut faire répéter à plusieurs reprises un vietnamien du nord pour bien comprendre le message. Les mots parfois sont aussi différents…

Un étranger va d’abord apprendre les mots. Puis, il va s’apercevoir que personne ne le comprend s’il ne respecte pas la bonne prononciation… Alors, il va repartir de zéro et apprendre les sons… Au bout de quelques mois, la formulation des phases usuelles est gérable… La compréhension est, elle, difficille et nécessitte beaucoup de pratiques. Alexandre de Rhodes a facilité l’apprentissage de la langue pour les occidentaux, mais pas complétement ! Des sons nous sont inconnus et le systéme de l’accentuation est trés complexe !

L’évolution de la langue n’est pas, d’après mes sources, normalisée par l’équivalent d’une Académie Francaise. Les nouveaux mots sont des assemblages de mots individuels. Exemple = climatisation = may + lanh = machine + froid. Ces assemblages sont parfois farfelus et chacun peut en faire. De fait, depuis toujours, des critiques se font entendre concernant la pauvreté de ce monosyllabisme…  Mais la, c’est un autre débat !

PS = veuillez m’excuser pour l’accentuation du texte, due à l’utilisation d’un ordinateur qui n’est plus le mien…