Catégorie «Vivre au Vietnam»

Faire la sieste !

Lorsqu’on se promène dans les ruelles de Saigon, on est constamment tente de regarder à l’intérieur des habitations. Ce n’est pas difficile, puisque toutes les portes sont toujours ouvertes, et que toute la population vit quasiment dans la rue. Trois constantes : on y mange, on y fait la sieste et on regarde la TV toute la journée. Toute la famille vit par terre, directement sur le carrelage, le plus souvent en position allongée. La sieste est permanente, les positions lascives. On somnole, on attend le temps qui passe, on regarde distraitement la TV qui reste allumé en permanence… Est-ce lie a la température ? Certes, il fait chaud, mais pas à ce point la ! Toute une population en position allongée, c’est curieux à voir….

A chacun son animal de compagnie …

Les asiatiques, et notamment les chinois, raffolent des serpents. Il n’est pas rare non plus de voir des serpents chez les particuliers. Rien de tel qu’une souris ou un rat pour les rassasier ! Sur la photo, on vient d’offrir au boa son déjeuner. Comme un chat qui aime jouer avec sa proie, le boa va attendre plusieurs heures avant de passer à table. Ensuite, il l’étouffera, le rendra « tout mou » puis l’avalera. Cela prendra plusieurs heures et je n’ai pas eu encore la chance de voir ce spectacle. Un boa, animal de compagnie ? Pas seulement : bien nourri, il pourra être vendu jusqu’à 11 euros le kilo ! Tout est bon : la chair, bien sur, mais aussi la peau pour la maroquinerie. Quelle chance en plus : il est inoffensif pour l’homme et les enfants de la communauté adore jouer avec.

Voyage au pays de la grande distribution….

Cherchant la diversité au pays du riz et des nouilles, je suis allé découvrir une nouveauté pour les vietnamiens : l’hypermarché a la française….La grande distribution alimentaire n’est pas totalement absente du Vietnam : Cora et Metro y sont depuis plusieurs années, Carrefour va s’y installer prochainement et Casino y possède 6 magasins. C’est donc dans le dernier ne du groupe Casino que j’ai décide d’aller. Un « Super C » ouvert a proximité du centre ville de Saigon. A vue de nez, 5000 mètres carres, ce qui n’est pas encore très grand. Ce nouveau magasin a pris la place d’un autre, qui a ferme par manque de succès….A l’extérieur, parking important pour les motos, mais seulement quelques places pour les voitures …. A n’en pas douter, cet hypermarché ne survivra pas à la révolution automobile… (suite…)

Taux de Croissance et culture économique….

Au cours d’un de mes cours de français, j’ai fait travaille mes étudiants sur un texte évoquant la croissance économique du Vietnam. Le taux de croissance du Vietnam est de l’ordre de 8.5% par an et ce rythme devrait être maintenu durant la prochaine décennie. Je demandai donc à mes élèves s’ils trouvaient ce taux élevé. Ils me regardèrent dubitatif. L’un se risqua a me dire « non », avec habituelle retenue des asiatiques. Je leur expliquai alors la formidable reussitte économique de leur pays, a  comparer avec celle de la chine… Ils acquiescèrent, sans bien saisir la portee de mes propos. Quelques jours plus tard, j’ai compris pourquoi. En réalité, ils n avaient  jamais entendu parler de taux de croissance, et  le mot «  taux » leur est lui-même completemnt dépourvu de sens. En occident, les journaux télévises nous abreuvent  de taux de performance de chômage, de croissance, d’inflation… Quel bonheur de pouvoir vivre sans tous ces concepts barbares !!!

Millionnaires en Dong !!!!

Ca y est j’ai fait ma plus grosse dépenses depuis mon arrivée au Vietnam : 10 millions de Dong ! La devise vietnamienne adore les zéros et les gros montants. Que peut on bien acheter avec un tel montant ? Une maison, une voiture ? Et non, simplement un pc portable a moins de 500 euros ! Il faut ainsi 21000 pour 1 euro et prêt de 15000 pour un USD. Rare sont les distributeurs de billets qui permettent de retirer des montants supérieurs à 2 millions de Dong, soit 100 euros. Autrefois, la coupure de billet était de 100.000 dôngs, soit 20 billets a récupérer au distributeur… Aujourd’hui, on trouve des billets de 500.000 dôngs, ce qui facilite les échanges importants. L’usage des cartes bancaires étant encore anecdotiques, il n’est pas rare de voir des compteuses de billets dans les magasins, en caisse. Toute transaction prend de toute façon du temps : il faut compter, puis recompter, pour enfin vérifier que les billets sont bons. Dans les banques, des piles de billets encombrent les guichets, les bureaux, et parfois même les salles ouvertes au public. Pas de « nouveau » Dong en vue, mais quelques innovations. D’abord, les pièces, qu’on trouve depuis quelques années, et des billets en « plastique » qui permettent de passer la saison des pluies sans encombre !